Économie de Gibraltar

Dans les années 80, l’économie locale reposait, à plus de 60 %, sur les activités de construction et de maintenance navale en rapport avec les activités militaires britanniques. Aujourd’hui, elle est de plus en plus orientée vers le secteur des services, ne représentant plus que 9%, et particulièrement vers ceux ayant trait aux finances et au tourisme. Bien que faisant partie de l’Union Européenne depuis 1973 en tant que territoire britannique, Gibraltar bénéficie de traitements spécifiques qui l’excluent de certains accords, comme la politique agricole commune et l’union douanière. Ainsi, sa législation fiscale est très souple et permet à de nombreuses entreprises d’y exercer leurs activités sans aucune charge majeure.

Plus précisément, le territoire jouit d’une autonomie fiscale dont le fondement fait référence à sa constitution qui date de 1969. Une forme éloquente d’une telle souveraineté est l’exemption d’impôt sur le revenu pour les groupements financiers, favorisant l’implantation de nombreuses filiales de banques britanniques et internationales. Gibraltar est ainsi devenu un grand centre international d’activités financières. Par ailleurs, le faible taux d’imposition, pour les compagnies offshore, qui est de 15 % sur les bénéfices, incitent de nombreux bookmakers et des opérateurs de jeux en ligne à y siéger.

La suppression de la taxe sur la valeur ajoutée pour les marchandises vendues explique aisément l’instauration de grands magasins dont la majorité est anglaise, à l’image de Bhs, Dorothy Perkins, Marks and Spencer et de la chaîne de supermarchés Morrisons. Au niveau touristique, Gibraltar accueille annuellement un nombre appréciable de visiteurs espagnols et des originaires du Royaume-Uni. L’enclave britannique est aussi une prestigieuse escale pour les navires de croisière.

Gibraltar a un PIB de plus de 432 millions de £ (769 millions de $) ; avec un PIB par personne de 15 700 £ (28 000 $).

La devise est la livre sterling de Gibraltar à parité sur la Livre Sterling britannique.